Textes‎ > ‎

Jurassic Foot 02


JURASSIC FOOT

The Lost Team


(1er juin)


j-9





5e Jour de planque pour l'équipe de Bécon-les-Bruyères dans les sous-sols du Stade de France.


Résumé de l'épisode précédent :
Notre fine équipe footesque, drivée de main de maître par Arthur, attend patiemment d'exécuter, sans sommation, le plan machiavélique prévu.
-------------------------


Une gamelle en alu à la main, les six membres de l'équipe font la queue devant la table au centre de la pièce. Le sixième, Gras double, distribue les rations de nourriture à base de purée froide et d'un bon steak haché déshydraté à 60% de matière grasse.
Une fois servis, tous s'assoient en rond, à même le sol, pour déguster ce repas gastronomique.
Dans le cercle, Adolphe est le seul à tourner le dos aux autres. Comme à son habitude, il bougonne.
Gars double qui a déjà finit de manger attend patiemment que les autres aient terminé pour faire la vaisselle en léchant les gamelles.


Adolphe : Si on m'avait écouté, on en serait pas à bouffer du gras aux flocons pas cuits.
Arthur : Tu sais Adolphe, je ne suis pas sûr que l'on serait arrivé à quelque chose de positif en coulant les organisateurs de la coupe du monde dans un bloc de béton. Je pense que notre plan est plus subtil.


Les cinq autres voix reprennent de concert : "OUAIS ! SUBTIL LE PLAN !"


Arthur : Un peu plus subtile votre ardeur s'il vous plaît, on pourrait nous entendre.


Roulette : Moi je suis prêt à parier qu'on ne nous a pas entendus. Qui me suit ?
Arthur : Roulette, tu te calmes. Je ne sais pas si tu as remarqué, mais nous ne sommes pas dans les sous-sols d'un casino ici.
Roulette : Peut-être, mais c'est tout de même les sous-sols d'un terrain de jeu !
Arthur : Oui… Bon… ça suffit comme ça !…Je récapitule le plan pour être sûr que tout le monde est OK. En résumé, le jour ou l'équipe du Burkina Faso arrive pour faire son match de sélection, on kidnappe subrepticement toute l'équipe, on les enferme, on se déguise en Burkinafassien et on joue à leur place dans le grand stade. On gagne le match. L'organisation de la coupe du monde reconnaît qu'elle à eu tort de ne pas nous sélectionner. On continue jusqu'à la finale et on gagne la coupe. Simple! On est les meilleurs.


Soudain, Peggy se met à chanter à tue-tête :
"Ce soir on vous met le feu…"
Arthur : LA FERME !
Silence immédiat.
Arthur : Bon sang, je savais bien qu'il ne fallait pas amener cette nouille. Ça commence bien.
Peggy : Ben quoi, faut bien que je supporte.
Arthur : Oui, et bien plus tard. En attendant veille à faire en sorte que l'on te supporte TOI. Compris ?
Peggy (hurlant): " Compris M'sieu Arthur !"


Skar




(3 juin)
j-7


JURASSIC FOOT

The Lost Team




7e Jour de planque pour l'équipe de Bécon-les-Bruyères dans les sous-sols du Stade de France.


Résumé de l'épisode précédent :
Nos héros mangent de bons petits plats bien gras avant de kidnapper l'équipe du Burkina Faso.
---------------------------


Toute l'équipe est regroupée autour de Roulette qui organise sur le carrelage du local, une course entre une araignée et un cafard portant des brassards numérotés. Chacun vide son porte-monnaie pour parier.


Soudain, un bruit de voix vient de l'extérieur. Toute l'équipe retient son souffle, tout sens aux aguets. Les bougies éclairent dramatiquement leurs visages angoissés. Arthur s'approche de la porte pour tendre l'oreille.


La voix extérieure: José, tu mure l'entrée du local technique. C'est une annexe qui n'a servit que pour la construction du stade. Elle ne sera pas utilisée pendant toute la coupe.


Entendant cela, Gras Double blêmit d'un seul coup
Gras-double : Mon dieu ! C'est horrible, on va être emmuré vivant. On va maigrir terriblement. Je suis allergique aux régimes. Il faut les prévenir.
Arthur : (à voix basse) Tais-toi ! Si on est découvert, c'est toute l'élaboration de notre plan machiavélique qui tombe à l'eau. De toutes façons, à sept, on arrivera toujours à l'ouvrir cette satanée porte, même murée.


Pour ne pas attirer l'attention des ouvriers à l'extérieur, par leurs bruits de pas sur le carrelage, les sept membres de l'équipe se sont regroupés sur la table centrale de 2 mètres carrés. L'ensemble donne une vision assez fidèle du tableau de Géricault "Le radeau de la Méduse".


Durant les heures qui suivent, le silence est aussi pesant que du plomb très lourd. À la lueur des bougies, chacun ronge consciencieusement ses ongles, ce qui à l'avantage d'économiser un repas. Après avoir finit les siens, Gras Double, qui n'en a jamais assez, ronge les ongles des pieds de ses camarades.
Six heures plus tard, Arthur décrète qu'il est l'heure de se coucher. Chacun quitte sa position Géricaultienne en se dépliant avec difficulté puis s'allonge sur le sol du local.
Arthur éteint les bougies.


Le silence inonde l'obscurité.


Soudain, un bruit répétitif.
Arthur : Mais qu'est ce que c'est que ce bruit de ballon ?
Giacomo : Ben quoi !… Yé drible pour m'entraîner !
Arthur : Non mais je rêve ! Il s'entraîne dans un local technique plongé dans l'obscurité. J'aurai mieux fait de rester couché le jour ou je t'ai acheté au club de San Paolo… Combien je t'ai payé déjà ?
Giacomo : 825 yeuros, yé crois.
Arthur : J'aurai du discuter...


Skar

 
(à suivre)
Comments